Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2012

D'Anne-Jacqueline-Pétronille de l'Espée à Marie-Hélène de Rothschild

Ou comment établir un lien entre l'épouse d'Emmanuel van Outryve d'Ydewalle (1745-1827),
fille d'Anne van Zuylen de Nyevelt et sa cousine, Marie-Hélène de Zuylen, épouse de Guy de Rothschild.

Il est écrit que la famille van Zuylen, citée comme "l'une des plus puissantes, chevaleresques et illustres maisons des Pays-Bas", offre une filiation parfaitement établie depuis le XIème siècle alors même que de nombreux historiens lui attribuent une origine plus ancienne : elle serait issue de la famille romaine des Colonna. Dès le Xème siècle, des seigneurs de Zuylen orbitent autour des princes-évêques d'Utrecht. Se distinguant aux croisades, dans les tournois et dans les guerres, jouissant du droit de battre monnaie, ils seront de tous temps revêtus des premières charges de l'Etat, de l'Eglise et de l'Armée.

emmanuel van outryve d'ydewalle,van zuylen van nyevelt,de colonna,tour et tassis,franc de bruges,contre bonne fortune,de nicolaï,guy de rotschild

Anne-Jacqueline-Pétronille de l'Espée (1762-1827) et son mari,
le chevalier Emmanuel van Outryve d'Ydewalle (1745-1827),
ancêtres de l'auteur de ces lignes

En 1659, pour rester fidèle à la religion catholique romaine, notre aïeul Pierre-André van Zuylen de Nyevelt, arrière-grand-père maternel d'Anne-Jacqueline-Pétronille de l'Espée, quitte sa province d'Utrecht pour venir se fixer en Belgique où il sera capitaine au service de Sa Majesté Très Catholique. Attaché par la suite à la cour du prince Eugène-Alexandre de la Tour et Tassis, grand-maître héréditaire des postes impériales et royales, il est nommé à la direction générale des Postes de la ville et du Franc de Bruges en reconnaissance de ses bons et loyaux services. Son fils Jacques-Rodolphe sera à son tour directeur-général des Postes ainsi que premier échevin de Bruges et député aux Etats de Flandre.

Laissons maintenant la plume à Guy de Rothschild, auteur en 1983 d'une savoureuse chronique sur emmanuel van outryve d'ydewalle,van zuylen van nyevelt,de colonna,tour et tassis,franc de bruges,contre bonne fortune,de nicolaï,guy de rotschildlui-même et les siens, intitulée Contre bonne fortune … : "C'était un soir de la fin août [vers 1955], une soirée de gala qui marquait l'apogée de la saison de Deauville. Le gala des Courses soulignait mon entrée dans ce monde particulier. L'écurie Rothschild, dont j'avais pris les rênes à la mort de mon père, avait redémarré sur les sabots ... Une soirée presque semblable aux autres. Comment imaginer que cette nuit allait bouleverser ma vie ?

La salle des Ambassadeurs était comble. Tout ce que Deauville réunissait comme amateurs de chevaux s'était donné rendez-vous pour cette réunion de prestige dont les bénéfices seraient versés au profit de l'Association des Jockeys. Les deux attractions de la soirée étaient la prestation d'une vedette de music-hall et le tirage de la tombola à la fin du dîner. Les gagnants venaient sur scène recevoir leur lot : bijou, voiture, montre et ... deux caisses de Château-Lafite que j'offrais moi-même. Or, voilà que ce lot venait d'être gagné par un jeune couple que je connaissais à peine ou plutôt que j'avais croisé deux ou trois fois sur les champs de courses à Longchamp ou à Chantilly."

Mariés en 1950, le comte François de Nicolay et son épouse, née Marie-Hélène van Zuylen de Nyevelt, sont éleveurs de chevaux dans la Sarthe.

"… Cette jeune femme blonde dont l'allure m'avait frappé. Et je l'avais regardée ! A la fin de la soirée, les lots attribués, je crus poli de féliciter la jeune femme qui venait de recevoir son Lafite. Enfin ! Il était temps ! me lança-t-elle, comme je m'apprêtais à lui dévider mon compliment. L'agressivité évidente, le regard froid qu'elle posa sur moi ne laissaient aucune place au doute : elle n'éprouvait visiblement pas la même émotion que moi. Qu'avais-je bien pu faire ?
    
emmanuel van outryve d'ydewalle,van zuylen van nyevelt,de colonna,tour et tassis,franc de bruges,contre bonne fortune,de nicolaï,guy de rotschildLa providence voulut que la soirée se terminât au Brummel, la boîte de nuit du casino. La jeune femme [illustration] accepta mon invitation à danser ; je sus le fin mot de l'affaire. Elle n'avait pas beaucoup apprécié mon regard, posé sur elle d'une manière trop insistante pour relever de la meilleure éducation. Et son il était temps voulait tout simplement signifier qu'en lieu et place de mon appréciation effrontée les bonnes manières eussent exigé de commencer par de simples présentations. Elle exprimait les choses comme elle les pensait, sans détour ni la moindre fioriture. Cette franchise ne fit qu'ajouter à la séduction qui se dégageait d'elle.

Il faut croire que je réussis à effacer la mauvaise impression que j'avais laissée puisque, le dernier dimanche d'août, après le Grand Prix de Deauville, nous nous trouvâmes à nouveau réunis. Je ne songeais plus cette fois à la regarder, déjà trop occupé à écouter la petite musique qui jouait en moi. J'appris qu'elle passait le mois de septembre en Hollande. Je mis à profit cette séparation forcée pour en savoir plus. Elle était la fille du baron et de la baronne de Zuylen de Nyevelt, un couple que j'avais rencontré dans quelques soirées parisiennes. Un couple qui avait une histoire. Une vieille histoire qui remontait à un siècle : la famille Zuylen et la mienne s'étaient croisées et cette rencontre avait déjà provoqué des étincelles. Une alliance à parfum de scandale, un vieux conflit que perpétuait la tradition familiale. Il y avait un contentieux entre les Zuylen et les Rothschild, je n'en savais pas plus.

Bientôt j'eus démêlé les fils embrouillés des alliances et renoué les maillons de ces généalogies qui nous faisaient parents. Car le grand-père de Marie-Hélène, Etienne de Zuylen, avait épousé une jeuneemmanuel van outryve d'ydewalle,van zuylen van nyevelt,de colonna,tour et tassis,franc de bruges,contre bonne fortune,de nicolaï,guy de rotschild fille Rothshild, Hélène [illustration], fille de Salomon de Rothschild, jeune frère de mon grand-père. Drame dans les deux familles ! Chez les Rothschild, jamais on n'avait épousé une catholique. Hélène fut ignorée, rejetée, oubliée. Sa mère désormais ne quitta plus ses habits de deuil, comme pour symboliser sa honte aux yeux du monde et bien montrer que sa fille n'existait plus pour elle.

Chez les Zuylen, on avait été profondément meurtri d'être traité de la sorte. On remontait aux Colonna, vieille famille italienne émigrée en Hollande à la suite d'un différend avec le pape. Et voilà que les Rothschild, qui n'avaient qu'un siècle derrière eux, se permettaient de faire la fine bouche ! La rupture, chez eux aussi, était consommée. Quatre-vingts ans avaient passé. La brouille était entrée dans l'histoire : les Zuylen n'aimaient pas les Rothschild, qui préféraient les ignorer.

emmanuel van outryve d'ydewalle,van zuylen van nyevelt,de colonna,tour et tassis,franc de bruges,contre bonne fortune,de nicolaï,guy de rotschildEgmont de Zuylen était diplomate au service du roi des Belges, en poste au Caire quand il rencontra la très belle Marguerite Nametalla dont il tomba follement amoureux. Bien que fiancé à une princesse, il préféra au sang royal celui de l'Egypte, et rompit ses engagements pour épouser sa dame de coeur des bords du Nil. Nouveau drame, une génération après. Le couple partit pour l'Amérique où Marie-Hélène naquit."

Divorcée de François de Nicolay en 1956, Marie-Hélène van Zuylen de Nyevelt (1927-1996) épouse un an plus tard son cousin Guy de Rothschild (1909-2007). "Fille des sables du désert et des brumes hollandaises", telle qu'il la dépeint, l'histoire de cette lointaine cousine d'Anne-Jacqueline-Pétronille de l'Espée ne valait-elle pas la peine d'être contée ?

Nicolas van Outryve d'Ydewalle

© Guy de Rothschild, Contre bonne fortune ..., Pierre Belfond, 1983.

Les commentaires sont fermés.