Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2012

Histoires de famille de ma Russie d'autrefois

De l'Alsace à Saint-Pétersbourg et de Moscou à Bruges,
la révolution française et la révolution bolchevique ont ceci en commun d'avoir
brutalement jeté une même lignée deux fois sur les routes de l'émigration. 

Dernier seigneur féodal de Soultz-sous-Forêts en Alsace, nanti de lettres d'introduction de différents princes du Saint Empire germanique, le baron Auguste de Bode émigre en 1795 vers la Russie où sa famille est accueillie avec une impériale bienveillance par Catherine II, Paul Ier et ensuite par la grande-duchesse Elisabeth de Bade, la vertueuse épouse d'Alexandre Ier.

Le 5-6 juin 1807 a lieu la bataille de Guttstadt où troupes russes et armées de Napoléon s'affrontent. Le vicomte Guillaume de Saint-Priest, émigré français commandant le Régiment russe des Chasseurs de la Garde, est grièvement blessé. Bravant tous les dangers, un vaillant porte-enseigne de 20 ans réussit à exfiltrer son chef de Corps du champ de bataille, le sauvant ainsi d'une mort certaine. Ce fait d'armes vaudra à mon aïeul Louis de Bode, fils de l'émigré alsacien, tous les honneurs que la société pouvait réserver à un jeune officier de bonne naissance.

soultz-sous-forêts,auguste de bode,catherine ii,paul ier,elisabeth de bade,bataille de guttstadt,guillaume de saint priest,chasseurs de la garde,louis de bode,michel de bode,trazegnies,nathalie kolytchev,saint philippe kolytchev,nicolas ier,palais des terems,grand palais,kremlin,reine des cloches,constantin thon,sudak,comtesse de gachet,de lamotte,rue povarskaïa,famille rostov,mel ferrer,audrey hepburn,lisa soukhotine,leroy de saint arnauld,bode kolytchev,stroganov,lukino,peredelkino,raspoutine,serge soukhotine,nicolas obolensky,maria tolstoï,thierry d'ydewalle,hélène nicolaïevna obolensky

 Une lignée aux destins croisés : le baron Louis de Bode (1787-1859) et
sa descendante à la 5ème génération, la princesse Hélène Obolensky (1916-1996),
mère de l'auteur de ces lignes. Alors que l'un fuit l'Alsace en 1795 pour la Russie,
l'autre reprend en 1925 le chemin vers la France puis la Belgique.
© Musée régional de Tambov & archives personnelles

Louis est devenu le point de mire des soirées de Saint-Pétersbourg, écrit sa mère à ses cousins Trazegnies aux Pays-Bas, il est invité à toutes les réceptions de la Cour. Lors de la campagne de Paris en 1814 qui conduit à la première abdication de Napoléon, le baron Louis de Bode est promu colonel à la suite du tsar. Rentré à Moscou, il épouse Nathalie Kolytchev, dernière titulaire d'un patronyme célèbre en Russie par référence à Saint Philippe Kolytchev, patriarche de Moscou, trucidé en 1570 par le tsar Ivan-le-Terrible parce qu'il avait osé s'y opposer.

Nommé directeur des Palais du Kremlin, chambellan, maréchal puis grand-maître de la Cour, Louis de Bode est chargé en 1837 par Nicolas Ier d'une mission d'importance : diriger dans l'enceinte du Kremlin les travaux de rénovation du Palais des Terems et faire édifier un nouveau Grand Palais, l'ancien en bois étant propice aux incendies.

soultz-sous-forêts,auguste de bode,catherine ii,paul ier,elisabeth de bade,bataille de guttstadt,guillaume de saint priest,chasseurs de la garde,louis de bode,michel de bode,trazegnies,nathalie kolytchev,saint philippe kolytchev,nicolas ier,palais des terems,grand palais,kremlin,reine des cloches,constantin thon,sudak,comtesse de gachet,de lamotte,rue povarskaïa,famille rostov,mel ferrer,audrey hepburn,lisa soukhotine,leroy de saint arnauld,bode kolytchev,stroganov,lukino,peredelkino,raspoutine,serge soukhotine,nicolas obolensky,maria tolstoï,thierry d'ydewalle,hélène nicolaïevna obolensky

soultz-sous-forêts,auguste de bode,catherine ii,paul ier,elisabeth de bade,bataille de guttstadt,guillaume de saint priest,chasseurs de la garde,louis de bode,michel de bode,trazegnies,nathalie kolytchev,saint philippe kolytchev,nicolas ier,palais des terems,grand palais,kremlin,reine des cloches,constantin thon,sudak,comtesse de gachet,de lamotte,rue povarskaïa,famille rostov,mel ferrer,audrey hepburn,lisa soukhotine,leroy de saint arnauld,bode kolytchev,stroganov,lukino,peredelkino,raspoutine,serge soukhotine,nicolas obolensky,maria tolstoï,thierry d'ydewalle,hélène nicolaïevna obolensky
















Dans l'enceinte du Kremlin à Moscou, le "Palais des Terems" avec ses onze coupoles dorées
aux tambours de briques polychromes, un bijou de l'art baroque moscovite.
Cette ancienne résidence privée des tsars a été rénovée dans les années 1845 sous la direction
de Louis de Bode, directeur des Palais du Kremlin. Il dirigea de 1838 à 1849 la reconstruction
du "Grand Palais" du Kremlin, destiné à abriter les appartements privés du tsar Nicolas Ier
ainsi que les nombreuses salles d'apparat.

Il doit également replacer la fameuse Reine des Cloches, coulée et brisée en 1737. A l'aide des plans de l'architecte Constantin Thon, les travaux seront exécutés à la grande satisfaction de l'empereur. Pour remercier le baron, Nicolas Ier lui octroie en 1849 une médaille enrichie de diamants portant l'inscription MERCI ainsi que 40.000 roubles pour payer ses dettes !

soultz-sous-forêts,auguste de bode,catherine ii,paul ier,elisabeth de bade,bataille de guttstadt,guillaume de saint priest,chasseurs de la garde,louis de bode,michel de bode,trazegnies,nathalie kolytchev,saint philippe kolytchev,nicolas ier,palais des terems,grand palais,kremlin,reine des cloches,constantin thon,sudak,comtesse de gachet,de lamotte,rue povarskaïa,famille rostov,mel ferrer,audrey hepburn,lisa soukhotine,leroy de saint arnauld,bode kolytchev,stroganov,lukino,peredelkino,raspoutine,serge soukhotine,nicolas obolensky,maria tolstoï,thierry d'ydewalle,hélène nicolaïevna obolensky

La "Reine des Cloches" n'aura jamais sonné car elle se brisa lors d'un incendie
dans sa fosse de coulée en 1737. C'est avec l'aide de l'architecte
Auguste Ricard de Montferrand que Louis de Bode la fit placer sur son socle actuel.
© E. Gilbertson, 1838, Musée de l'Hermitage, Saint-Pétersbourg. 

Ctsse de la Mottedef.jpgOn croyait l'affaire du collier de la reine Marie-Antoinette clôturée depuis le décès officiel en 1791 à Londres de la comtesse de la Motte [illustration], instigatrice de l'aventure. Or en 1826, non loin des vignobles de Sudak en Crimée, décède une dame répondant au nom de comtesse de Gachet. Elle parlait un français choisi avec grâce et dignité et disposait d'une réserve inépuisable d'histoires sur la cour de Louis XVI. Elle me donnait l'impression qu'il y avait un grand mystère dans sa vie ..., raconte une nièce de Louis de Bode. Ce dernier a un frère, Alexandre, qui réside en Crimée car le tsar l'avait chargé d'y relancer l'industrie viticole. L'entraide entre émigrés n'étant pas un vain mot, il avait pris sous sa protection la mystérieuse dame qui à son tour l'avait institué son exécuteur testamentaire. Historiens et curieux, dont Alexandre Dumas220px-War_and_peace_1956.jpg père, se sont penchés sur le cas de cette énigmatique comtesse de Gachet dont la véritable identité n'est aujourd'hui plus vraiment mise en cause.

Maître de cérémonies de la Cour, Louis de Bode fait l'acquisition d'une demeure au 52 de la rue Povarskaïa à Moscou, un palais ayant appartenu aux princes Dolgorouki [illustration ci-après]. Notre baron y recevra régulièrement les visiteurs étrangers de marque, invités par le tsar dans l'ancienne capitale. Clin d'oeil littéraire, dans son roman Guerre et Paix, Léon Tolstoï en fera le palais de la famille Rostov. Qui ne se souvient de la mythique scène de bal entre le prince André, Mel Ferrer, et la charmante Natacha Rostov, Audrey Hepburn ? Si dans le roman le prince André n'épouse pas Natacha, Mel Ferrer, après avoir été le mari d'Audrey Hepburn, épousera en dernières noces Lisa Soukhotine, une descendante de Louis de Bode !

soultz-sous-forêts,auguste de bode,catherine ii,paul ier,elisabeth de bade,bataille de guttstadt,guillaume de saint priest,chasseurs de la garde,louis de bode,michel de bode,trazegnies,nathalie kolytchev,saint philippe kolytchev,nicolas ier,palais des terems,grand palais,kremlin,reine des cloches,constantin thon,sudak,comtesse de gachet,de lamotte,rue povarskaïa,famille rostov,mel ferrer,audrey hepburn,lisa soukhotine,leroy de saint arnauld,bode kolytchev,stroganov,lukino,peredelkino,raspoutine,serge soukhotine,nicolas obolensky,maria tolstoï,thierry d'ydewalle,hélène nicolaïevna obolensky

Le "Palais Bode" de la rue Povarskaïa à Moscou est célèbre pour avoir été la réplique
du palais de la famille Rostov dans le roman "Guerre et Paix" de Léon Tolstoï.
Jusqu'à la perestroïka, cette ancienne demeure de famille fut le siège
de l'Union des Ecrivains Soviétiques.
 

Saint-Arnauld (L).jpgLors de la campagne de Crimée (1853-56), une lettre d’un militaire français fait état d’une victoire emportée sur les Russes : ... le général qui commandait n’a pas pu emporter son vestiaire. On a trouvé des épaulettes, un ceinturon avec des glands en argent et un porte-monnaie contenant 300 francs. On prétend que ce général s’appelait Bode. Ce général malchanceux est Léon de Bode, fils aîné de Louis. Ironie de l’histoire, le corps expéditionnaire internatinal est commandé par le maréchal Armand Leroy de Saint-Arnauld [illustration], époux de la marquise Louise de Trazegnies, elle-même d'ascendance Bode par suite d'une alliance remontant à 1728 ! Des cousins combattant dans des camps opposés, une situation fréquente à l'époque, émigration oblige.

Historien et collectionneur, le baron Michel de Bode-Kolytchev, second fils de Louis, consacrera vingt-cinq années de sa vie à l'histoire de sa famille maternelle Kolytchev. Gratifié d'une belle-mère Stroganov au patrimoine conséquent, il achète en 1853 avec la dot de sa femme l'immense domaine de Lukino à Peredelkino, non loin de Moscou. Les anciennes chroniques s'en souviennent avec nostalgie :  mur d'enceinte, vaste demeure, bibliothèque, musée, églises et chapelles, cimetière dans lequel sont inhumés les restes de toute la famille.

soultz-sous-forêts,auguste de bode,catherine ii,paul ier,elisabeth de bade,bataille de guttstadt,guillaume de saint priest,chasseurs de la garde,louis de bode,michel de bode,trazegnies,nathalie kolytchev,saint philippe kolytchev,nicolas ier,palais des terems,grand palais,kremlin,reine des cloches,constantin thon,sudak,comtesse de gachet,de lamotte,rue povarskaïa,famille rostov,mel ferrer,audrey hepburn,lisa soukhotine,leroy de saint arnauld,bode kolytchev,stroganov,lukino,peredelkino,raspoutine,serge soukhotine,nicolas obolensky,maria tolstoï,thierry d'ydewalle,hélène nicolaïevna obolensky

 L'ancienne propriété de campagne des barons de Bode à Peredelkino, non loin de Moscou,
est aujourd'hui partiellement réservée à l'église orthodoxe. Plusieurs anciens bâtiments
de style russian revival, un mélange kitch pétro-byzantin, sont en cours de rénovation.

La révolution bolchevique bouleverse les choses. Les ossements de famille sont exhumés et jetés aux orties. Le domaine est morcelé, le camarade Staline fait ériger un lotissement résidentiel avec datchas destinées à des écrivains russes éminents. Boris Pasternak est du nombre et s'y fait enterrer. Une partie de l'ancienne propriété Bode-Kolytchev est attribuée à l'église et sera la résidence d'été de feu le Raspoutine (L).jpgpatriarche de Moscou Alexis II, décédé en 2008.      

La nuit du 16-17 décembre 1916, Grigori Raspoutine [illustration] est assassiné au palais Youssoupov à Saint-Pétersbourg. Si les conjurés sont connus, un nom est parfois omis dans les livres d'histoire, celui du lieutenant Serge Soukhotine, petit-fils de Michel de Bode, car il n'aura joué qu'un rôle de comparse.  

Nathalie Soukhotine, soeur de Serge, est l'épouse du prince Nicolas Obolensky, descendant à la 33ème génération de Rurik, fondateur de l'empire russe en 862. Le ménage habite un domaine hérité de Maria Tolstoï, l'unique soeur de l'écrivain. Aux lendemains d'octobre 1917, la révolution jette la famille sur le chemin de l'exil mais cette fois-ci dans le sens inverse de celui pris par l'aïeul alsacien. Alors que la mère et la fille aînée décèdent de la tuberculose en France, le restant de la famille se réfugie ensuite en Belgique.   

Epilogue : décembre 1939 à Bruges, un journal local annonce : Une princesse russe, Hélène Nicolaïevna Obolensky, épouse le chevalier Thierry d'Ydewalle. Le père de la jeune fille, Nicolas Obolensky, était un petit-neveu de l'écrivain Léon Tolstoï. Dans la corbeille de la mariée ? Un passeport Nansen de réfugiée apatride.

Nicolas van Outryve d'Ydewalle

© Article paru dans le magazine l'Eventail de février 2012.

30/01/2012

Aquarelles du Palais d'Hiver à Saint Pétersbourg

Fleuron des collections du Musée de l'Ermitage, un ensemble d'aquarelles immortalisent
la splendeur et l'intimité des intérieurs du Palais des tsars de Russie à Saint-Pétersbourg.
A la fois précieux souvenir d'un passé aujourd'hui effacé et brillant témoignage
de l'art graphique russe au XIXe siècle, magnifiquement illustré par l'éditeur Alain de Gourcuff.

Pays aux espaces infinis, la Russie a longtemps semblé inaccessible aux Européens. Ce n'est qu'à partir de l'avènement de Pierre-le-Grand qu'elle s'ouvre sur l'Europe. Délaissant Moscou, le tsar crée unepalais d'hiver,tsar de russie,alain de gourcuff,musée de l'ermitage,pierre-le-grand,nicolas ier,alexandre ii,edouard petrovitch hau,constantin andreïevitch oukhtomsky,alexandra feodorovna nouvelle capitale à l'extrémité ouest de ses territoires, terres marécageuses reprises depuis peu aux Suédois. Saint-Pétersbourg devient la capitale d'un empire qui peut désormais communiquer avec les plus grandes nations.

Résidence de la famille impériale et siège de l'Etat jusqu'en 1917, le Palais d'Hiver est construit entre 1753 et 1762 par l'architecte italien Francesco Rastrelli [ci-contre] pour l'impératrice Elisabeth Ier, fille de Pierre-le-Grand. Elevé sur les bords de la Néva, il est le plus vaste des cinq bâtiments qui constituent aujourd'hui le Musée de l'Ermitage.

L'édification des salles d'apparat et des appartements privés requiert le concours des meilleurs artistes et décorateurs. Alors qu'un terrible incendie ravage les bâtiments en 1837 [illustration ci-après], une grande partie de la décoration intérieure sera fidèlement reconstituée.

12_4k269.jpg

C'est d'abord Nicolas Ier puis son fils, le tsar Alexandre II, qui commande l'exécution d'aquarelles représentant les appartements privés de la famille et les nombreuses salles d'apparat. Cet ensemble de 130 aquarelles est aujourd'hui conservé au Cabinet des Dessins du Musée de l'Ermitage, dans un portefeuille marqué au chiffre d'Alexandre II. Il n'avait jusqu'à présent jamais été publié dans son intégralité.

De 1835 à 1880, les aquarellistes les plus renommés sont mis à contribution, tel Edouard Pétrovitch Hau qui continue à dessiner pour Leurs Majestés Impériales des perspectives des intérieurs du Palais d'Hiver, selon un rapport de l'Académie des Arts de Saint-Pétersbourg. Ses aquarelles reproduisent avec minutie aussi bien les intérieurs créés après le grand incendie que des pièces restaurées dans leur état d'origine.

salle du trône.jpg

Grande salle du Trône
D'une superficie de 800 m², dite aussi "Salle Saint Georges",
elle est inaugurée le 26 novembre 1795, jour de la fête patronymique du Saint.
Aquarelle de Constantin Andreïevitch Oukhtomsky, 1862.

Chacun de ces artistes se reconnaît à des particularités de style : dessin précis et gamme de couleurs froides chez l'un ; grande liberté picturale et large palette de couleurs chez l'autre ; netteté et simplicité de l'exécution avec rendu des détails chez un troisième.

bain et jardin.jpg

Salle de bains de l'impératrice Alexandra Féodorovna, épouse de Nicolas Ier
Dessinée par l'architecte Montferrand, son aménagement exotique copie le style mauresque
dont s'inspirent un grand nombre d'artisans de cette période au goût éclectique.
Aquarelle d'Edouard Pétrovitch Hau, 1870.

Petit jardin d'hiver de l'impératrice Alexandra Féodorovna
La longueur des hivers russes éveille le désir de pallier l'absence de verdures.
Les jardins intérieurs contribuent à l'illusion de l'été.
Aquarelle de Constantin Andreïevitch Oukhtomsky.

Les aquarelles révèlent parfois des détails touchants sur la vie quotidienne de la famille impériale, tels le mobilier miniature et les jouets dans les salles de jeux des enfants de Nicolas Ier, décrit par ses contemporains comme un père extraordinairement attentif.

salle des cuirassiers.jpg

La salle des Cuirassiers
Aménagée après l'incendie de 1837, la salle ouvre l'enfilade des cinq salles
du côté de la Place des Palais et dans lesquelles, en avril 1839,
Nicolas Ier décide de faire accrocher des tableaux militaires.
Aquarelle d'Edouard Pétrovitch Hau, 1864.

Dans ses souvenirs rédigés en français, Nicolas Ier rapporte des réminiscences de jeunesse : Hors les étiquettes, notre genre de vie d'enfant était assez semblable à celui de tout autre enfant. Dès l'instant de la naissance, on lui donnait une bonne anglaise, deux dames de nuit, quatre filles ou femmes de chambre, une nourrice, deux valets de chambre, deux laquais, huit domestiques et huit chauffeurs ...

palais d'hiver,tsar de russie,alain de gourcuff,musée de l'ermitage,pierre-le-grand,nicolas ier,alexandre ii,edouard petrovitch hau,constantin andreïevitch oukhtomsky,alexandra feodorovna

Le cabinet Framboise de la grande-duchesse Maria Alexandrovna
Le mobilier, réalisé à la fin des années 1830, était garni de soie framboise.
Abritée derrière un écran de verdure, la grand-duchesse pouvait admirer la vue sur l'Amirauté.
Aquarelle d'Edouard Pétrovitch Hau, 1860.

Images à la netteté cristalline ou d'une savoureuse douceur, les aquarelles du Palais d'Hiver représentent l'ultime expression d'un art destiné à disparaître avec l'émergence de la photographie. Aujourd'hui, le temps semble s'être figé parmi ces intérieurs familiaux et ces vastes salles d'apparat qui nous renseignent aussi bien sur la vie du Palais que sur celle des souverains qui s'y sont succédés.

9782909838489FS.jpg

Presque deux cent cinquante ans plus tard, là où ces mêmes intérieurs sont encore reconnaissables, malgré la transformation du Palais d'Hiver en Musée de l'Ermitage, surgissent devant nous les images d'autrefois ...

Nicolas van Outryve d'Ydewalle
        
© Vues du Palais d'Hiver à Saint-Pétersbourg, Alain de Gourcuff Editeur, Paris, 1995