Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

outryve d'ydewalle

  • Monseigneur de Soultz

    De l’Alsace à Saint-Pétersbourg (1775 - 1812)
    Correspondance et Mémoires de la baronne Mary de Bode
    par Nicolas d'Ydewalle, son descendant à la 7ème génération

    L’an de grâce 1775, le baron Karl-August von Bode [illustration de droite], officier dans un régiment étranger au service Auguste de Bode1.jpgde Louis XVI, épouse à Londres Mary Kynnersley, descendante du duc de Gloucester, fils du roi Edouard III d’Angleterre. En 1787, après 30 années de vie militaire, Auguste de Bode vend sa charge de colonel et quitte l’armée. Il pense pouvoir vivre de ses rentes et jouir d’une vie de famille tranquille et paisible, mais c’est sans compter sur l’impulsion infatigable de son épouse qui lui fait acheter une saline en Alsace à Soultz-sous-Forêts. Peu de temps après, Auguste de Bode acquiert le fief du même nom et devient le nouveau Seigneur de Soultz. Mais huit mois après son investiture, la Révolution française éclate et le baron de Bode perd tous ses privilèges : il n’est plus que le citoyen Bode, cible désignée des tribunaux patriotiques !

    Mary Kynnersley 1.jpgLors de l’exode massif de 1793, la famille fuit l’Alsace et se réfugie au chapitre noble du couvent d’Altenberg, près de Wetzlar. C’est là qu’elle apprend que la tsarine Catherine II ouvre toutes grandes les portes de la Russie aux émigrés. Mary de Bode, armée seulement de son courage et de sa témérité, nantie de plusieurs lettres d’introduction des cours allemandes pour la Cour de Russie, part en reconnaissance jusqu’à Saint-Pétersbourg. Elle y est royalement accueillie par Catherine II, sa cour et sa coterie. La famille sera ensuite dotée de terres, propriétés et charges officielles. Au décès de Catherine II, Mary reste en bons termes avec Paul Ier, le tsar au cerveau malade. Après l’assassinat de ce dernier, elle sera la protégée de sa veuve, née Sophie-Dorothée de Wurtemberg. C’est ensuite la jeune Louise de Bade, devenue la tsarine Elisabeth Alexeïevna, épouse d’Alexandre Ier, qui étendra sa bienveillance sur la famille.

    Mary de Bode [illustration de gauche] meurt à Moscou en mai 1812, quelques semaines avant l’entrée des troupes de Napoléon en Russie. Après le Congrès de Vienne, son fils aîné Clément, né en Grande-Bretagne et donc de nationalité anglaise, ensuite le fils de celui-ci, tenteront désespérément de se faire indemniser de la perte du fief de Soultz-sous-Forêts, grâce aux substantiels dédommagements versés par la France vaincue. Ils perdent santé et fortune dans un procès qui durera plus de 45 ans et deviendra une Cause célèbre, unique dans les annales judiciaires britanniques. L’écœurement est total dans la presse britannique et l’opinion publique. On ira même jusqu’à accuser ouvertement, et non sans raison, le roi George IV d’Angleterre d’avoir fait effectuer d’importants travaux d’agrandissement à Buckingham Palace avec les fonds destinés à indemniser les Bode !…                                    

    Ouvrage disponible chez l'auteur Nicolas van Outryve d'Ydewalle

    _________________________________________________________________________________________________________________________________________________

    Comte-rendu dressé par Christian Laporte - Journal Le Soir, avril 2000

    Mary Kynnersley, descendante du duc de Gloucester, ne voulait pas s'encroûter aux côtés de son époux, le baron Karl August von Bode, lorsque celui-ci eut quitté l'armée en 1787. Elle lui fit acheter une saline en Alsace, à Soultz-sous-Forêts. Mais, à peine installés, les Bode furent victimes de la Révolution française. Mary, ayant appris que Catherine II ouvrait la Russie aux émigrés, partit à Saint-Pétersbourg. Elle y fut royalement accueillie par l'impératrice. Et la famille reçut des charges, des terres et des propriétés. Mary de Bode mourut à Moscou en 1812.

    Nicolas d'Ydewalle, son descendant, a merveilleusement exploité ses Mémoires avec sa connaissance de la société russe d'avant la révolution. De l'histoire qui se lit comme un roman !

    _________________________________________________________________________________________________________________________________________________

    Compte-rendu dressé par Marie Dumont - The Bulletin d'avril 2000

    Keepinq it in the family

    When I was 17, recalls Nicolas d'Ydewalle, my mother gave me an old book in English, saying, "this isbaron de bode,mary kynnersley,soultz-sous-forêts,auguste de bode,nassau-sarrebruck,deux-ponts,saline,charles withworth,chouvalov,zagriasky,cause célèbre,clément de bode,ropscha,zoritch,outryve d'ydewalle,olivier de trazegnies,l'eventail,the bulletin the memoirs of an English ancestor." D'Ydewalle flipped through the faded volume and forgot all about it. It was only 10 years ago that he grew interested in the woman in its pages, Mary de Bode, who narrowly escaped the guillotine during the French Revolution and sought refuge in the Russia of Catherine the Great. He has compiled her correspondence and diaries in a book, Monseigneur de Soultz : De l'Asace à Saint Pétersbourg.

    A businessman in his fifties, d'Ydewalle belongs to one of Europe's oldest families (his ties is emblazoned with its coat of arms). His father, chevalier Thierry d'Ydewalle, was a distant cousin of Princess Mathilde ; his mother, Princesse Hélène Obolensky, a descendent of the Viking Rurik, who founded a principality in Russia the seed of the future Russian state in the ninth century.

    Mary de Bode was a sixth generation ancestor on his mother's side. She was born Mary Kynnersley in Staffordshire, Britain, in 1747. A bright young aristocrat itching to see the world, she married in 1775 a penniless German officer, Auguste de Bode, who had sworn suicide if she refused him. Thirteen years and eight children later, straitened financial circumstances led the Bodes to buy a salt works in Soultz, north east France. Auguste de Bode took the name of his adopted domain. Shortly afterwards, the Bodes lost all their privileges and property in the French Revolution. They fled for Russia, where Catherine the Great welcomed fugitive aristocrats with open arms, offering them vast expanses of land.

    Mary de Bode's memoirs reflect the 18th century rise of correspondence as a literary genre. They also form a delightful historical document, mixing first hand accounts of the political upheavals of the time with everyday concerns the education of her children, her passion for botany and occasional efforts as a matchmaker.

    D'Ydewalle has mixed feelings about Bode. Despite his admiration for her courage and open mindedness, he sees her as cold and manipulative. She was an opportunist, he says. She rather tastelessly went out of her way to make good connections. Maybe he's a little harsh on his forbear her memoirs are fresh and touching. There are a few tragic moments, like the sudden death of one of her children, but her optimism and resilience dominate the book. Everything becomes interesting in the countryside, she wrote in her diary on her Crimean estate, especially when you're in the middle of nowhere.

    _____________________________________________________________________________________

    Compte-rendu dressé par Olivier de Trazegnies - Magazine l'Eventail de mars 2000

    En dépit de son titre, cet ouvrage n'est pas une retranscription des mémoires d'une Anglaise cosmopolite, publiés à Londres vers 1900, mais une véritable biographie.

    La fin du XVIIIème siècle voit l'éclosion de nouveaux genres littéraires. Les romans épistolaires ont fait la gloire de Choderlos de Laclos et de Sénancour. Comment cette manière si féminine de décrire la réalité n'aurait-elle pas séduit les disciples de la marquise de Sévigné, arrivant en grand cortège, avec leurs vastes robes et leurs plumes d'oie, dans le Panthéon des Lettres ! L'ennui de la douceur de vivre puis le terrible divertissement de la Révolution française, qui portent en eux un grand brassage des conditions sociales, font apparaître témoignages, souvenirs, mémoires et correspondances dont s'enchantent des strates successives de lecteurs. A la suite de Germaine de Staël, d'Elisabeth Vigée Lebrun ou de Belle de Zuylen, la femme s'estime parfaitement libérée quand elle a conquis son audience et assuré sa présence dans les salons qui deviennent en Europe les temples gracieux de la culture. Heureuse époque où tout ce qui peut s'écrire est lu, où les émotions encore intactes se libèrent pour autant qu'on les sollicite ! Depuis près de deux siècles, la tradition veut que les lettres intimes soient en fait des chroniques qui se lisent en société et qui font concurrence aux gazettes. Tant qu'à faire, autant vivre à distance les aventures d'une personne du même monde que de se fier à des plumitifs dont les sources sont souvent douteuses et le ton passablement vulgaire.

    Ces auteurs innombrables qui apparaissent au tournant du siècle ne sont plus les duchesses et marquises d'autrefois. L'éducation s'est répandue au delà des cercles de la cour. Voltaire a montré qu'un fils de notaire pouvait dans son domaine parler d'égal à égal avec un roi. Et chaque personne, dont la vie a été mouvementée, se sent la mission d'édifier l'univers en répandant le récit de ses expériences. Comme l'Europe est essentiellement un théâtre où officient les princes, c'est dans les galeries dorées que palpitent les coeurs. Et si l'on sort parfois de ces décors olympiens, c'est pour se plonger au coeur de l'aventure, c'est-à-dire dans les rues, dans les émeutes ou dans les steppes, ce for (en italien, fuori=dehors) qui a aussi donné notre mot mystérieux de forêt. L'existence quotidienne est un monde terrifiant dont il est délicieux de griser le public des châteaux.

    baron de bode,mary kynnersley,soultz-sous-forêts,auguste de bode,nassau-sarrebruck,deux-ponts,saline,charles withworth,chouvalov,zagriasky,cause célèbre,clément de bode,ropscha,zoritch,outryve d'ydewalle

    Montagnes russes sur les glaces de la Néva à Saint-Pétersbourg. La luge est considérée ici comme un spectacle très convenable. Les gens effectuent des glissades sur les montagnes de glace construites avec des pentes presque verticales. Nous avons été les admirer ; c'est un spectacle extraordinaire La foule est tellement nombreuse qu'on se croirait à une foire ou une course de chevaux.

    Mary Kynnersley of Loxley Park, baronne de Bode (1747-1812), est un exemple achevé de cette catégorie d'auteurs. Issue de la meilleure société britannique, mais sans fortune, elle est pleine d'entregent, elle pense, donne son avis sur toutes choses et impose aux siens un mariage d'amour, quelques années avant la phrase troublante de Saint-Just : le bonheur est une idée neuve en Europe. Loin d'éprouver les préjugés de l'aristocratie continentale à l'égard du travail, c'est avant la lettre une Margaret Thatcher doublée d'une Helena Rubinstein - autrement dit une femme de tête et un capitaine d'industrie - toujours résolue à sauter l'obstacle. Par délicatesse envers ses lecteurs, cette battante a des malheurs. La Révolution la ruine, manque d'anéantir sa famille et la jette sur les chemins de l'exil. De nombreuses maisons ducales s'engloutiront dans les misères de l'émigration et connaîtront l'existence du quart monde. La baronne de Bode, qui a des relations dans toutes les cours allemandes, joue de ce léger avantage comme de violons dépareillés dont on tire des lamentos sublimes et parvient à se faire recevoir par la lointaine Tsarine de Russie, Catherine II. Ses aventures dans les palais de Saint-Pétersbourg comme dans les plaines de Tartarie sont abordées avec la même énergie et le même optimisme. A force de se battre pour sa nichée, elle devient une personne importante à la cour de Paul ler et d'Alexandre ler. Elle meurt en 1812 sans savoir qu'elle a fondé sur les bords de la Neva une dynastie qui comptera parmi les plus riches et les mieux alliées de l'Empire.

    Le récit de ses aventures, écrit par Nicolas d'Ydewalle qui en descend par sa mère la princesse Hélène baron de bode,mary kynnersley,soultz-sous-forêts,auguste de bode,nassau-sarrebruck,deux-ponts,saline,charles withworth,chouvalov,zagriasky,cause célèbre,clément de bode,ropscha,zoritch,outryve d'ydewalleObolensky [illustration de gauche], se lit de bout en bout avec le même plaisir de la découverte. La tante de notre héroïne, Eléonore de Bode, avait épousé le septième marquis de Trazegnies. Cela nous vaut des descriptions insolites et charmantes de la vie noble dans les Pays-Bas autrichiens à la fin de l'Ancien Régime, tant au sein des nombreux châteaux de la famille qu'à la cour de l'évêque de Namur, Monseigneur de Lobkowicz. L'influence à Vienne de la marquise de Herzelles, grande amie de Joseph II, est le petit coup de pouce qui permet à Auguste de Bode d'acquérir l'immense seigneurie de Soultz en Alsace. Il s'y fait introniser, à la veille de la Révolution française, avec le faste d'un grand d'Espagne. Mais la gloire difficilement acquise est de courte durée. Quatre ans plus tard, les Bode se sauvent en Allemagne après avoir manqué à plusieurs reprises de connaître le sort de la princesse de Lamballe. La plume alerte de notre épistolière et l'érudition de Nicolas d'Ydewalle nous restituent les parfums et les remugles d'une époque en plein chambardement. Avant le passage définitif du côté de la Sémiramis du Nord, les Bode ont connu les derniers charmes de l'Ancien Régime dans les principautés allemandes et les délices d'une vie insouciante à l'ombre des grands-ducs, des princes et des landgraves. Cousine et amie de la duchesse de Cumberland, belle-soeur de George III d'Angleterre, Mary est évidemment introduite partout. Le récit des fêtes et des plaisirs d'un monde qui ne le cédait en rien à celui de l'aristocratie française permet un regard nostalgique sur une civilisation disparue. Ensuite la grande aventure russe, les steppes, les khans et les princesses exotiques marquent l'irruption dans cette société policée d'un imaginaire sis par-delà les frontières de la civilisation. Au sud de l'Ukraine, aux confins des états orthodoxes et musulmans du Caucase, la baronne pénètre en terra  incognita et affronte d'incroyables difficultés dans la gestion des immenses domaines que, d'un trait de plume - autocratique bien plus qu'épistolaire - l'empereur a concédés à sa famille. Pendant un court séjour de Mary à Saint-Pétersbourg, son mari meurt des fièvres au fond de cette Tartarie. D'autres auraient perdu courage, mais notre baronne lutte pour des enfants dont il faut assurer la subsistance, qu'il convient d'éduquer, de marier, de doter et de porter aux nues de la Renommée. Son succès posthume en est d'autant plus éclatant.

    baron de bode,mary kynnersley,soultz-sous-forêts,auguste de bode,nassau-sarrebruck,deux-ponts,saline,charles withworth,chouvalov,zagriasky,cause célèbre,clément de bode,ropscha,zoritch,outryve d'ydewalle

    En passant sur un pont juste à la sortie du jardin de Madame de Zagriasky, on entrait dans la propriété du comte Stroganov, une famille absolument délicieuse. Nous faisions de grandes promenades dans les jardins de la villa, l'une des plus belles autour de Pétersbourg. Cette noble famille est très riche et tous les dimanches, le comte Stroganov donnait une tête.

    La société de l'époque est internationale. Les plus grands noms de France et d'Angleterre arpentent les parquets précieux de la capitale russe. Les tsars, les impératrices, les princes et les grandes duchesses accueillent chaleureusement madame de Bode qui voit se dérouler l'histoire sous ses yeux. Son amitié pour le dernier favori de Catherine II, Platon Zoubov, explique la manière discrète et passablement embarrassée dont elle aborde l'assassinat de Paul ler dans lequel le beau prince joua un rôle des plus ténébreux. A vrai dire tout Saint Pétersbourg souhaitait la disparition de l'empereur qui était devenu à demi-fou. Opinion que partageait même, dans son inconscient, la tsarine Maria Feodorovna ! Elle adorait son mari, avec qui elle avait connu tant d'années heureuses, mais savait parfaitement que son fils Alexandre était compromis dans cette sombre affaire. Loin de le maudire, elle se contenta d'afficher ostensiblement le portrait du tsar défunt chaque fois qu'elle le recevait. Est-ce par une ironie de l'histoire que le jeune lieutenant Serioja Soukhotine, descendant de Mary de Bode, fut un des assassins de Raspoutine au palais Youssoupov en 1916 ?

    Exploitant les écrits des mémorialistes contemporains et guidé par sa parfaite connaissance de la société russe d'avant la Révolution, Nicolas d'Ydewalle nous plonge dans une époque fascinante, celle d'une Europe sans frontières où les fastes les plus éblouissants sont perpétuellement menacés par la rumeur qui monte des foules en colère et par le fracas du canon. 

     

     

  • Favori de l'impératrice Catherine II de Russie, une charge de Cour

    Trente-quatre années de règne, vingt et un favoris officiels dont une douzaine dûment répertoriés,
     les amours de l'impératrice Russie sont un sujet de prédilection pour la petite histoire.

    "Je les ai presque tous connus", se souviendra le prince Charles Joseph de Ligne à propos des nombreux amants de Catherine II. "Le premier est un Soltikoff, le deuxième roi de Pologne, le troisième Orloff, le quatrième Baziliskoff, le cinquième Potemkin, le sixième Sabatovsky, le septième Soritsch, le huitième Korsakoff, le neuvième Landskoï, le dixième Jermolov, le onzième Mamonoff et le douzième Zouboff. "

    Princesse allemande de modeste extraction, Sophie von Anhalt-Zerbst, Figchen pour les intimes, naît en 1729 d'unmedium_Grande_duchesse_catherine_alekseevna_future_empress_catherine_II_the_great_1760s_JPG.jpg père feld-maréchal sous Frédéric le Grand, roi de Prusse. Mariée à 16 ans au grand duc Pierre de Holstein-Gottorp, petit fils du tsar Pierre-le-Grand, elle fait détrôner son époux, devenu tsar sous le nom de Pierre III, en juillet 1762 avec la complicité d'officiers de la Garde, ce qui fera dire à un observateur avisé : "Le trône de Russie n'est ni héréditaire ni électif, il est occupatif !"
     
    Au contraire de son mari, allemand de coeur et grand admirateur du roi de Prusse, la nouvelle impératrice s'assimile remarquablement à sa nouvelle patrie. Autodidacte de grande culture, lisant Tacite, Machiavel et Montesquieu dans le texte, elle se révèle étonnamment préparée à ses responsabilités, ne laissant aucun de ses contemporains indifférents. "Vos impératrices ont toujours de la gorge. C'est comme un attribut de l'empire, comme le sceptre, la couronne et le globe. Or, il importe que vous sachiez qu'il est aussi dangereux d'y regarder lorsqu'elles ne l'ordonnent pas que de n'y point regarder lorsqu'elles veulent bien vous la montrer !", fait remarquer Frédéric-le-Grand.

    Catherinesaltykof.jpg sera restée vierge six longues années aux côtés d'un sociopathe immature, de surcroît impuissant car atteint de phimosis. Subissant ses sautes d'humeur et sa grossièreté, elle se console dans les bras d'un premier amant, un fringant chambellan de son époux, le comte Serge Soltykoff dont la mère, une très volage princesse Galitzine, aurait eu pour amants "les 300 grenadiers de Sa Majesté Elisabeth", aux dires d'une perfide rumeur de Cour. Nous sommes en 1751.

    "Je plaisais, confessera l'impératrice plus tard, par conséquent, la moitié du chemin de la tentation était fait. Tenter et être tenté sont fort proches l'un de l'autre." Et lorsqu'elle succombe, sa justification est toute prête : "On ne tient pas son coeur dans la main !"

    Entre-temps, un coup de bistouri l'ayant délivré de la malformation qui l'empêchait de concrétiser ses désirs, le grand duc Pierre découvre l'amour. Sans pour autant renoncer aux assiduités du beau Serge, Catherine est maintenant contrainte de recevoir son époux dans son lit. En 1754, elle donne naissance au tsarévitch Paul. Qui en est le père ? Soltykoff ? Le grand-duc ? Aujourd'hui encore, l'incertitude demeure. D'ailleurs, le grand duc ne s'était il pas exclamé : "Dieu sait où ma femme prend ses grossesses ; je ne sais pas trop si cet enfant est à moi et s'il faut que je le prenne sur mon compte" !

    Exit Serge Soltykoff, chassé de la Cour sur ordre de l'impératrice Elisabeth pour cause de commerce criminel entretenu avec Catherine. Place à Stanislas Poniatowski, futur roi de Pologne.

    Gentilhomme sans fortune, Stanislas Auguste Poniatowski (1732-1798) vient d'arriver en Russie à la suite du nouvel ambassadeur britannique à Saint Pétersbourg. Il est gai, brillant et fait pour réussir dans une Cour où les plaisirsponia.jpg sont de mise. Il obtient une accréditation comme ambassadeur de Saxe, ce qui lui permet de rencontrer la grande duchesse Catherine qui s'entiche de ce beau jeune homme.

    Il devient le nouvel amant de Catherine. Nous sommes en 1755. Neuf ans plus tard, Catherine impose son favori comme roi de Pologne. Cultivant les arts et les lettres, Stanislas Poniatowski donnera à son pays un certain rayonnement intellectuel mais, jouet des factions entre les grandes familles polonaises et la Russie, il est détrôné en 1795. Exilé malgré lui à Saint-Pétersbourg, il sera un personnage très recherché parmi les salons mondains de la capitale.

    "Stanislas Auguste était grand, son beau visage exprimait la douceur et la bienveillance. Le son de sa voix était pénétrant ...". Une amitié d'automne s'installe entre le roi déchu et Elisabeth Vigée-Le Brun, réfugiée un certain temps en Russie pour cause de révolution en France, fine chroniqueuse des salons européens et portraitiste toute en délicatesse de la bonne société de l'époque.

    Lorsque l'impératrice porte ses regards intéressés sur l'un de ses sujets, elle le fait inviter à dîner par une dame d'honneur chez qui elle se rend comme par hasard. Là, elle s'entretient avec le nouveau venu et cherche à savoir s'il est digne de la faveur qu'elle lui destine. Si son jugement est favorable, un regard en instruit la dame d'honneur qui à son tour avertit celui qui a le bonheur de plaire. Le lendemain, l'élu reçoit la visite du docteur Rogerson, le médecin écossais de la tsarine, qui préside à la grande hygiène des favoris, pour un examen préalable. Si nécessaire, la comtesse Bruce, une autre dame d'honneur, se charge de tester le candidat dont les capacités physiques font ensuite l'objet d'un rapport établi par l'éprouveuse (sic). S'il est positif, l'élu prend possession le soir même de l'appartement préparé au Palais et qui communique avec celui de l'impératrice.

    Quand un favori cesse de plaire, il reçoit l'ordre de voyager. Dès lors, la vue de l'impératrice lui est interdite !

    Grigori Cherny Chernov Andrey Ivanovich Portrait of Count Grigory Grigoryevich Orlov Hermitage.jpgGrigoriévitch Orlov (1734-1783) est l'un des auteurs du coup d'Etat qui porte la nouvelle impératrice sur le trône en 1762. Il a pour lui le courage et la beauté. Favori puis amant de Catherine durant seize ans, Orlov est titré comte russe et prince du Saint Empire germanique. En 1774, envoyé par sa souveraine en mission à l'étranger, il apprend que Potemkine l'a supplanté. Il s'empresse de rentrer au pays. Dans l'espoir de reconquérir le coeur de la tsarine, il achète à un courtier d'Amsterdam un diamant de 190 carats, un des plus gros du monde, le fameux diamant Orlov. Se contentant de l'accepter, Catherine II le fait intégrer à son sceptre. Obligé de se retirer, Orlov meurt en 1783 dans Alexandra Obolensky.jpgun délire frénétique à Moscou.

    De sa relation avec Catherine, il laisse de très nombreux descendants, titrés comtes Bobrinski. Cette lignée survit actuellement en Russie et aux États unis ainsi qu'en Angleterre et en France. L'un de ses rejetons n'est autre que Marie Alexandra, authentique princesse Obolensky, vedette en 2008 de Secret Story, émission people dont la télévision française détient le monopole intellectuel.

    Montant les marches du grand escalier du palais impérial, Potemkine croise le prince Orlov qui en descend : "Quelle nouvelle y a-t-il à la Cour ?", s'enquiert-il pour ne pas rester dans un silence embarrassant. "Aucune, répond froidement Orlov, excepté que vous montez et que je descends."

    Officier de Grigori Aleksandrovith Potemkine.jpgla Garde, Grigori Alexandrovitch Potemkine (1739-1791) avait été remarqué par Catherine à l'occasion de son coup d'État. Il devient le nouveau favori en titre de l'impératrice. Durant les dix-sept années qui suivent, trouvant du plaisir dans le luxe ostentatoire et la richesse personnelle, il sera devenu le personnage le plus puissant de Russie.

    Alors que la liaison avec l'impératrice se termine en 1776, les relations entre Catherine et Potemkine resteront toujours amicales et son influence ne sera jamais supplantée par celle des favoris suivants. De nombreux témoignages attestent de l'extraordinaire influence de Potemkine. En 1787, il organise un voyage triomphal de Catherine II dans la Crimée nouvellement conquise, ne craignant pas de faire construire des villages factices pour faire la preuve de l'excellence de son administration.

    A chacun son favori ! On pardonnera à l'auteur de ces lignes d'avoir le sien, septième au répertoire officiel : Semion Gavrilovitch Zoritch, surnommé Adonis par les dames dezoritch.jpg la Cour qui se pâment devant cet officier des Hussards, fils d'un colonel serbe au service de la Russie. Lui trouvant une "tête sublime", la tsarine se l'attache, le fait lieutenant-colonel et inspecteur des troupes légères.

    En moins d'un an, le nouvel amant reçoit une terre en Livonie, 500.000 roubles en espèces ainsi qu'une commanderie des Chevaliers-Gardes avec rang de général major. Mais en janvier 1778, il commet la lourde erreur de se brouiller avec Grigori Potemkine, tentant même de provoquer ce dernier en duel. L'impératrice le congédie sur le champ non sans le doter d'une rente de 400.000 livres et lui attribuer en pleine propriété la ville de Chkloff. Avec ses indemnités de rupture, le général y fonde une école de Cadets qui connaîtra son heure de gloire.

    Il vivra le restant de ses jours sur un grand pied : "Il est comme un petit souverain. Quel enchantement : chaque soir, il y a opéra avec ballet, suivi d'un bal jusqu'à minuit puis souper ; c'est presque aussi beau qu'à Pétersbourg. Et c'est ainsi chaque jour de l'année. C'était comme l'île de Calypso", relate dans ses Souvenirs la baronne Mary de Bode, une mienne aïeule émigrée en Russie en 1794.

    Son fils, mon trisaïeul, porte enseigne de 16 ans à l'école des Cadets de Chkloff, écrira plus tard : "Il montrait de la grandeur dans sa disgrâce. Un jour, il me dit : "Ne sois pas si triste, mon enfant, le sort a ses caprices, mais quelle que sera ta destinée future, rappelle-toi toujours qu'il n'y a rien de stable dans ce monde. Heureux, mille fois heureux celui qui conserve la conscience d'un honnête homme, celui-là seul peut supporter avec résignation les coups de la fortune."

    Korsakov, le huitième favori en titre, était d'une ignorance absolue. Dès qu'il eut obtenu la place à laquelle le hasard l'avait élevé, il crut qu'un homme de sa condition se devait de posséder une bibliothèque. Faisant venir le plus fameux libraire de Saint-Pétersbourg, il lui commande des livres pour les placer dans la demeure que l'impératrice venait de lui offrir. "Quels livres vous faut-il ?, s'enquiert le libraire. Vous savez ça mieux que moi, répond le nouveau favori, de gros livres en bas, de petits en haut, voilà comment ils sont chez l'Impératrice." Découvrant quelque temps plus tard qu'elle est trompée par son favori, l'Impératrice lui ordonne aussitôt de voyager hors de l'empire.

    Alexandre250px-Levitsky_lanskoy.jpg Dmitriévitch Lanskoï (1758-1783), bel officier à la figure d'ange, fut celui que Catherine aimera le plus. Chevalier-Garde en faction à la porte de l'impératrice, la souveraine est frappée par sa prestance. Le choix de Catherine est fait. Sachenka connaît une ascension fulgurante : aide de camp et Kammerherr, installé au palais d'Hiver en tant que Fluegel-adjutant, élevé au grade de colonel, lieutenant-général trois ans plus tard et commandant du Régiment des Chevaliers Gardes, pour terminer adjudant-général. Une idylle de trois ans, une dot estimée à plus de 3 millions de roubles en terres, argent, diamants et palais.

    Malheureusement, le beau Lanskoï meurt en 1783 dans les bras de son illustre maîtresse. De santé fragile, cherchant à ne pas décevoir son impératrice, il aurait eu recours à des aphrodisiaques qui achèveront de détraquer sa santé. Le désespoir de Catherine est grand. Poussant des cris aigus et sauvages, elle refuse toute nourriture et s'enferme dans l'obscurité. "L'Impératrice, depuis la mort du favori Lanskoï, est devenue si mélancolique qu'elle ne voit presque personne, mande Frédéric-le-Grand. Tout cela fait stagnation dans les affaires mais jusqu'ici il n'y a pas apparence que cela puisse opérer quelque changement ..."

    Pourvoyeur attitré des plaisirs impériaux, Potemkine s'empresse de ne pas laisser dans le coeur de sa souveraine un vide causé par la mort de Lanskoï. Il le fait remplacer par un beau lieutenant des Gardes à cheval, appelé Yermolov. De brefs amours sur une période de seize mois qui rapportent au nouvel élu plus d'un demi million de roubles en argent, terres et paysans ainsi que le cordon de l'Aigle Blanc de Pologne.

    Âgé de vingt-sept ans, Platon Alexandrovitch Zoubov (1767-1817) est le dernier favori de l'impératrice qui en a ... trente-huit de plus ! Avec sa silhouette alourdie et son visage empâté, Catherine ressemble à ce que sera cent ans plus tard la reine Victoria : une aimable grand mère qui doit mettre des lunettes pour lire et qui sourit à bouche édentée.

    Lieutenant au Régiment des Gardes, Platon Zoubov se fait remarquer à la Cour par une belle figure et des manières séduisantes. Les dames parlent de lui avec tant d'enthousiasme devant l'impératrice qu'elle cherche à le voir. Le premier coup d'oeil est décisif : l'heureux lieutenant est aussitôt nommé commandant d'un détachement qui accompagne l'impératrice à sa résidence de Tsarskoïe Selo. Il dîne seul avec elle, reçoit un présent de cent mille roubles et est installé dans l'appartement des favoris.

    Catherine annonce à Potemkine qu'elle est revenue à la vie "comme le fait une mouche" après un long hiver. "Maintenant, je me sens bien et joyeuse à nouveau", rajoutant un peu plus loin : "Notre bébé pleure lorsque l'accès à ma chambre lui est refusé !"

    "Zoubov était grand, mince et bien fait, souligne Elisabeth Vigée-Le Brun dans ses Souvenirs de Russie. Je l'ai vu à un bal de Cour, donnant le bras à l'impératrice. Il portait à sa boutonnière le portrait de Catherine, entouré de superbes diamants, et elle paraissait le traiter avec une grand bonté."

    Titré comte puis Reichsfurst, prince du Saint Empire romain germanique, il devient ainsi le quatrième et dernier Russe à obtenir ce titre. "Le comte Zoubov est tout ici, affirme Rostopchine, le futur gouverneur de Moscou, son pouvoir est plus grand que celui dont a joui autrefois le prince Patiomkin. Quoique l'impératrice répète à tous et à chacun que c'est le plus grand génie que la Russie ait jamais produit, il est aussi négligent et incapable que par le passé." A la mort de Potemkine, il lui succède en tant que gouverneur général de la Nouvelle Russie, une zone historique située à présent sur le territoire de l'Ukraine et de la partie sud de la Russie.

    Arrogant, avide d'argent ainsi que de pouvoir et d'honneur, Platon Zoubov ne laisse échapper aucune occasionJohann Baptist Lampi the Elder. Portrait of His Senior Highness Prince Zubov (1793).jpg d'augmenter sa fortune. Mais le 9 novembre 1796, à dix heures du soir, l'impératrice de toutes les Russies succombe à une attaque d'apoplexie. "Catherine le Grand n'est plus ! Ces mots sont affreux à prononcer !... L'astre le plus brillant qui éclaira notre hémisphère vient de s'éteindre ..." s'écrie le prince de Ligne en apprenant le trépas de la tsarine.

    Pendant dix jours, l'amant esseulé se cache dans la maison de sa soeur. Le nouvel empereur Paul I lui rend visite, boit à sa santé et lui souhaite "autant d'années de prospérité qu'il y a de gouttes dans un vase", ce qui n'empêchera pas le tsar de le déposséder et de le relever de toutes ses fonctions. Il lui est fortement conseillé de se rendre à l'étranger et de s'y faire oublier.

    A sa mort, Catherine II laisse le souvenir d'un règne aussi glorieux que celui de Pierre Ier le Grand. D'un point de vue législatif et administratif, elle a unifié l'Empire et a considérablement agrandi le territoire russe aux dépens de la Pologne et de la Turquie en s'attribuant la Crimée et ses grands ports de la mer Noire, comme Odessa.

    Favori de Catherine II de Russie, une charge de Cour ? "Nous avons promis de donner l'état de ce que les favoris ont reçu de cette Princesse, tel qu'il nous a été fourni par des personnes bien informées, révèle une ancienne chronique, plus de quatre vingt huit millions de roubles". Des roubles d'époque", bien entendu ! ...

    Nicolas van Outryve d'Ydewalle